Aller au contenu | Aller au menu | Politique d'accessibilité

Quelques conseils avant d'acquérir un Beauceron

 

Si vous avez lu la page Race, vous connaissez maintenant un peu mieux les attraits du Beauceron. Mais comme toujours, chaque médaille a son revers...

Pétri de qualités, le Beauceron n'en présente pas moins quelques particularités qu'il vaut mieux connaître avant de s'engager.

Sa vivacité tout d'abord, sa brusquerie, n'en font pas le compagnon idéal des personnes à faibles moyens physiques.
Même parfaitement éduqué, le Beauceron se laisse parfois emporté par sa fougue.

Pour être clair, disons qu'un chien apte à faire monter un taureau récalcitrant dans un camion n'est pas contrôlable par n'importe qui.


Et ce qui vaut pour le physique l'est également pour le mental.
Doté d'un tempérament solide et décidé, le Beauceron ne se laissera dominé et conduire que par un maître "à la hauteur".



L'intellect des chiens est construit de telle façon qu'une place vacante dans la hiérarchie doit être occupée au plus vite.
Le Beauceron est, dans ce cas de figure, le premier à revendiquer ce "droit".
Tout propriétaire laxiste se voit alors exposé à ne jamais devenir le maître d'un tel chien.

Ajoutons que le Beauceron, en vrai chien rustique, n'hésite jamais à rester sous la pluie,à se rouler dans la boue (ou pire!), pour ensuite venir nous prouver son affection, à grands coups de patte, de queue ou de museau.

 

Sachant tout cela, il n'est jamais honteux, si on a le moindre doute quand à son propre potentiel, de s'abstenir d'acquérir un tel animal.
Le temps et l'espace dont nous disposons, nos capacités (physiques, mentales, financières...), et surtout la réalité du besoin doivent nous guider avant toute décision intempestive...

 

Quelques conseils d'élevage